Il semble que l’industrie de la télévision par câble vient de finalement réaliser que le sol s’en vient à toute vitesse. Avec les avances dans la technologie internet et vidéo depuis plusieurs années, il est de plus en plus facile et abordable de consommer d’énormes quantités de contenu multimédia de qualité. Une multitude d’artistes et de créateurs se lancent sur la toile sans support des grosses chaînes de télévision ou d’assistance de grosses boites de productions. Pendant ce temps, les émissions actuelles à la télévision ne semblent plus retenir l’attention d’autant de gens qu’avant. La population potentielle consommatrice de télévision grandit, mais les cotes d’écoute sont en chute libre. Plusieurs séries télé sont annulées après seulement 3 épisodes. Les abonnements aux forfaits des géants de la câblodistribution sont aussi anémiques et les impacts sont ressentis sur le marché boursier. L’inquiétude grandit. Personne ne semble savoir quoi faire pour freiner l’hémorragie. Les hauts dirigeants semblent n’avoir pas pris la situation au sérieux jusqu’au moment ou l’impact financier est devenu réel et non-négligeable. La réalité est simple : ça fait longtemps que l’industrie de câblodistribution n’est plus compétitive dans le marché actuel. Plus l’internet haute vitesse devient abordable, plus ce constat va se faire sentir. Des forfaits de canaux trop chers. L’obligation de prendre des groupes de chaînes qui contient beaucoup de trucs qui ne nous intéressent pas, mais que nous sommes obligés de payer pour. Des canaux qui deviennent des trous à rediffusion d’émissions américaines de télé-réalité traduites. Des pauses publicitaires à en plus finir. 11 minutes de publicité pour une émission de 30 minutes et des films truffés de pauses publicitaires (oui je te regarde, ACTION). Des restrictions du CRTC sur le nombre de canaux en anglais qu’on peut avoir. « Vous avez trop de chaines en anglais dans votre sélection, veuillez ajouter plus de chaines françaises ». Si les offres de la télévision française ne m’intéressent pas? Je fais quoi?

J’ai coupé le câble. Depuis maintenant 3 mois, j’ai échangé mon forfait de câble trop cher pour une connexion internet illimité, un forfait Netflix et une antenne. Je choisis le contenu que je veux, à la carte. Presque aucune publicité et aucune restriction sur ce que je regarde. Si, un soir, rien n’attire mon attention sur Netflix, plusieurs sites de vidéos sur demande sont aussi disponibles à des prix raisonnables. Si je veux regarder du sport, plusieurs d’entre eux offrent des options de diffusion en direct sur le web très intéressantes. Avant, je payais au-dessus de 160$ par mois pour un forfait télé de 30 postes ainsi qu’une connexion internet haute vitesse avec une limite de 250GB. Maintenant, c’est 44$ pour un forfait illimité d’internet et 9$ pour Netflix. Pensez-y, vous pourriez peut-être sauver beaucoup d’argent.

Fans de cinéma québécois, Turbo Kid sort dans une sélection limitée de cinémas aujourd’hui! On avait été voir le film au festival Fantasia et on vous le recommande fortement. (Et en même temps ça soutien un cinéma québécois qui n’est pas une comédie avec Patrick Huard / Film de Xavier Dolan.)

Quels jeux retiennent votre attention cette semaine? J’ai essayé One Finger Death Punch (qui n’est pas un groupe de musique). On joue un maître Kung Fu qui doit se défendre contre des gigantesques vagues de méchants qui n’aimerais rien d’autre que de toucher sa face avec leurs poings ou leurs pieds. Le graphisme est simpliste, les personnages sont représentés par des bonhommes allumettes. Il y a beaucoup de sang. Ça me donne des flashs nostalgiques à mes années au secondaire quand je regardais ces fameuses animations Flash de combats kung-fu avec des bonhommes allumettes. Le jeu se joue avec seulement les deux boutons de la souris. Chaque bouton représente une zone à gauche ou à droite de notre personnage ou les ennemies approchent. Quand ils entrent dans cette zone, on appuie sur le bon bouton pour lui exploser la figure. C’est quand même assez simple comme concept, mais la vitesse d’arrivée des ennemies accélère selon nos performances. Certains adversaires ont besoin d’être frappés deux fois ou plus. Certaine fois, ils esquivent d’une zone à l’autre entre les attaques. On peut utiliser des armes que certains d’entre eux ont en leurs possessions. On peut faire de bien pires achats pour 5$. JF, de son coté, continue à jouer à Dragon Age Inquisition. Il me dit qu’il approche de la fin. Mais bon, il me disait ça aussi la semaine dernière et la semaine d’avant.