J’ai toujours été un fan des jeux qui évoquent des émotions primaires. Surtout la peur. Il n’y a aucune meilleure émotion pour nous sortir de notre petit chez sois douillet et nous enlever l’assurance que tout va bien aller. La peur dans les jeux vidéo frappe bien plus fort que le plus horrible film de peurs. Pourquoi? Avec un film, on peut se cacher le visage derrière nos mains, étreindre (chérie je deviens mauve) notre blonde/chum ou seulement sauter en bas du sofa. Avec un jeu, si on fait quoi que ce sois qui rompt le lien entre nos mains et la manette de jeux: Notre protagoniste décède sur le champ. Notre démonstration de « chicken »-itude le gelant sur place pareil à un chevreil qui admire sa réflection dans un pare brise.

Un jeu en particulier a mis la terreur (et les couches pour adultes) dans notre maison : Amnesia: the dark descent(http://www.amnesiagame.com). Un jeu de la compagnie « Frictional games »(http://www.frictionalgames.com/site/) qui ont aussi créer la série terrifiante Penumbra(http://www.penumbra-overture.com/). On joue un homme souffrant d’amnésie (wow) qui a aussi une peur bleue du noir et des monstres. Il est sans défenses alors il peut seulement courir ou se cacher. Sa lanterne attire les monstres mais s’il l’étain il panique dans la noirceur. Quoi faire? A vous de voir! Je vous recommande ce jeu si vous êtes courageux. Sinon, vous n’allez pas le finir et votre investissement sera pour rien. Et vous serez en deuil pour votre paire de pantalons.