Ahh Dark Souls, ce jeu qui m’a gardé occupé pendant d’inombrables heures. Un de nos jeux préférés de 2011. Pendant le montage de ce vidéo, une constatation m’est venu à l’esprit. Où est rendu la difficulté dans les jeux vidéo?

Par example, on ne va pas se le cacher, Diablo 3 n’est pas un jeu difficile. Mon premier périple à travers le jeu avec un magicien s’est soldé par une victoire totale sans aucun décès. Je pense même que je peux compter sur mes deux mains le nombre de fois qu’il a fallu que j’aille recours à une potion de santé. Il me semble qu’un magicien, une des classes les plus fragiles du jeu, aurait quelque problèmes à ne pas exploser en une fine brume rouge dès qu’un monstre le regarde de travers. Mais bon, j’avais tort. La grande partie des joueurs ne semble plus du tout prêt pour un vrai défi. Un bon exemple que je cite sans fin est Half Life 2. Je me rappelle que certaines parties de ce jeu étaient quand même assez compliquée a manœuvrer sans se casser la pipe. Quand Valve a sorti les statistiques du jeu au grand publique, j’était abasourdi. Moins de 50% des gens qui ont achetés le jeu se sont rendus au dernier niveau! Dans mon temps (Un instant, grand-papa a perdu son dentier), les jeux étaient bien plus difficile. Battletoads, ça vous dit quelque chose? Certain d’entre vous on eu un petit spasme dans leurs visages et je les comprends bien. Ninja Gaiden, Contra, Mega Man, Ghost and Goblins et j’en passe. Des jeux où on avait un nombre limité d’essais avant de retourner au début du jeu au complet. Et oui, recommencer le jeu au début. Ce concept serait inaceptable dans les jeu d’aujourd’hui. Désolé Isaac, ces sales nécromorphs t’on dévissé la tête une fois de trop. Aller hop de retour au début de la partie! Bien sûr, il faut se rendre à l’évidence que les jeux maintenant sont bien plus long pour compenser. Dans mon temps, (Oups, pépé vient de tomber dans les marches) si quelqu’un jouait parfaitement, le jeu ne durait pas plus qu’une heure ou deux. C’est les multiples trépas qui alongaient artificiellement la durée d’une aventure. Des jeux essaient de recapturer le défi d’autre fois. Par example : Dark Souls. Ce jeu m’a pris environ une soixantaine d’heures à finir, et chaque mort était autant une expérience de frustration que d’apprentissage. Aussi, chaque beuglement funéraire était clairement de ma faute. Le jeu était impitoyable mais jamais injuste. Ok daccord, j’ai de la misère à justifier l’absence de fonction pause. Même le plus preux des chevalier devaient de temps à autre galoper au petit coin et je suis certain que même le meilleur d’entre eux aurait fait pietre performance contre un lézard géant le surprennant la cote de maille au chevilles. Et aussi, dans un monde de manettes sans fils, je peux vous dire quand celle-ci manquait de jus, la panique n’était pas loin derrière.

Un message aux compagnies de jeux vidéo: Il y a encore des gens qui adore les défis, et en ce moment, la sélections de titre est un peu anémique. Je suis certain qu’il y a un marché lucratif dans la difficulté. Prenez Spelunky sur le Xbox Arcade. Ce jeu fait un tabac en ce moment et c’est un jeu très difficile.